L’éducation positive, comment s’y préparer ?

L’éducation positive, comment s’y préparer ?

L’éducation positive est une philosophie qui se prépare bien avant l’arrivée de bébé. Le bon état d’esprit passe d’abord par une introspection : quel genre de parent je veux ou ne veux pas être ? Aussi, la parentalité positive nécessite un travail d’équipe et un entourage bienveillant. Quant à l’environnement de bébé, pensez à sa configuration dès à présent. Alors, l’éducation positive, comment s’y préparer ?

 

Futur parent : d’abord un travail sur soi

 

Se préparer à devenir parent

On ne naît pas en sachant être parent, c’est une étape de la vie qui s’apprend au fil du temps. D’une part, n’ayez pas d’attentes parentales irréalistes car le parent parfait n’existe pas. Acceptez le fait que vous allez faire des erreurs et qu’il faudra lâcher prise. Il faut aussi garder à l’esprit que le rythme quotidien va changer. Commencez à tout faire plus lentement, à prendre le temps. N’oubliez pas aussi de prendre soin de vous. Dormez autant que possible, car une fois que bébé sera là, les nuits seront bien plus courtes et mouvementées. Une atmosphère sereine et une éducation positive ne sont pas possibles si les parents sont fatigués et dépassés.

 

Repenser l’éducation reçue

Nous voulons tous éviter de reproduire les erreurs de nos parents. Bien que tout futur parent ne sait pas tout, éviter certaines maladresses est possible et louable ! Inconsciemment, nous avons tendance à reproduire un modèle parental, il est difficile de s’en émanciper. Il n’est pas conseillé de vouloir faire tout l’inverse non plus, mais plutôt de trouver un juste milieu. Pour ce faire, il est d’abord crucial de prendre conscience de ses blessures d’enfant et de les panser pour ne pas les passer à notre bambin : humiliation, injustice, rejet ou peur de l’abandon. Pour s’épanouir dans sa propre parentalité, faire la paix avec ses propres parents est judicieux. Accepter leurs failles et leur pardonner.

 

Préparer l’éducation positive à deux

Vous avez fait le choix de devenir parents à deux. À partir de maintenant, toutes les décisions seront aussi prises à deux. Parlez franchement de ce que vous attendez de la parentalité. Que ce soient les tâches ménagères, les devoirs parentaux, les valeurs transmises ou des questions de religion, tout doit être passé en revue. Vous devrez vous soutenir mutuellement, quoi qu’il arrive.

Dès la grossesse, pour la femme, devenir mère est un processus concret. Ça l’est moins pour le papa. C’est pourquoi il doit être valorisé et impliqué dans toutes les étapes : échographies, mouvements dans le ventre, choix du prénom, décoration de la chambre…Le fœtus reconnaît les voix de ses parents, c’est aussi un bon moyen de créer des liens avant la naissance.

 

L’entourage est important pour une éducation bienveillante

 

Créer des liens avec des parents et futurs parents

Lors de la grossesse, inscrivez-vous à des cours de préparation à la naissance et à la parentalité. Non seulement ils vous donnent des clés pour l’accouchement et les soins de bébé, mais en plus ils vous font rencontrer d’autres futurs parents. Échanger avec eux vous apaisera. Quand bébé sera là, vous aurez un réseau d’amis qui vivent la même chose que vous. Ne vous éloignez pas de votre réseau de parents existant. Si leurs enfants à eux sont plus âgés, ils auront sûrement de précieux conseils à vous fournir.

 

Ignorer les injonctions

L’inconnu fait peur. À l’approche de la naissance, les questions et les angoisses fusent. « Est-ce que je vais être un bon parent ? ». Dans la majorité des cas, la famille et les proches sont un soutien inestimable. Parfois, pourtant, des comportements toxiques peuvent faire angoisser les futurs parents davantage. « Tu devrais donner le biberon », « il ne faudra pas qu’il dorme dans votre chambre », « évite de l’avoir tout le temps dans les bras ». Il est préférable d’écouter son instinct et de faire ce qui semble être le mieux pour son propre bébé.

 

S’informer auprès de professionnels

Plutôt que d’écouter des conseils douteux, mieux vaut se rapprocher de professionnels qui savent de quoi ils parlent. Parlez à votre médecin traitant, prenez rendez-vous avec une sage-femme ou une doula. Certaines structures comme la CAF organisent des rencontres qui permettent aux nouveaux ou aux futurs parents de s’informer sur les changements liés à l’arrivée d’un enfant. Ils peuvent notamment s’entretenir avec des professionnels de la petite enfance. Des informations dispensées portent sur le coût de l’équipement pour un enfant (poussette, lit, etc.), sur les différents modes de garde, et sur les conséquences de l’arrivée de l’enfant sur la vie professionnelle. Lire des livres ou écouter des podcasts sur le sujet peut aussi être une bonne idée.

 

L’aménagement de la maison

 

Même si bébé n’est pas encore là ou ne se déplace pas encore seul, cela arrivera plus vite que vous le pensez. L’éducation positive passe aussi par l’aménagement de la maison pour la sécuriser. Pour éviter de lui courir après et d’angoisser à chacun de ses gestes, mieux vaut anticiper. Dans la cuisine, placez les produits ménagers en hauteur, misez sur des cache-prises, et sécurisez les placards et les tiroirs. Dans le salon, les bibelots et la vaisselle sont à disposer dans un meuble clos pour éviter la casse et les blessures.

Attention aux angles aussi, il existe des protections en mousse ou en plastique adaptées. Côté escalier, installez des barrières de sécurité pour éviter les chutes. Enfin dans la chambre de l’enfant, le lit doit avoir des barreaux dont l’espace doit faire entre 4 et 6 cm et ses jouets doivent avoir la mention CE ou NF.

 

Pas d’inquiétude, devenir parent, ça se fait progressivement. Mais c’est surtout une fois que notre enfant est entré dans notre vie qu’on apprend véritablement à adopter les bons gestes. Cela se fait progressivement, en communiquant et en suivant son instinct. 

Dans l’épisode 4 du module 1 Le parent parfait n’existe pas !, Charlotte Ducharme, maman de 3 enfants et du concept Cool Parents Make Happy Kids, accompagne les futurs parents dans une préparation émotionnelle.